Christian Cantos -Illuminations enténébrées – 06/12 au 12/01 – Galerie du Comble,Virton (B)

Christian Cantos -Illuminations enténébrées – 06/12 au 12/01 – Galerie du Comble,Virton (B)

Exposition personnelle Illuminations enténébrées de Christian Cantos à la Galerie du Comble,Virton jusqu’au 12 janvier 2020.

Vernissage vendredi 6 décembre 2019 de 18h30 à 21h30

Pour Christian Cantos !

Je défends Christian Cantos depuis 2011. J’ai ainsi organisé avec lui quatre expos solos dans mes galeries et deux portes ouvertes de son atelier à Montmédy-Citadelle, sans compter les expos de groupe auxquelles il a participé. Cette déjà longue expérience a été très enrichissante pour moi (à certains égards), mais il me faut me rendre à l’évidence : certains tableaux de Cantos ne sont pas (facilement) vendables. Néanmoins je vais à nouveau les exposer. Parce que l’argent n’est pas tout. Parce qu’un artiste qui s’exprime avec autant de talent que de sincérité, autant d’acharnement que d’honnêteté, autant de persévérance que de franchise, mérite que tous les aspects de son travail soient montrés au public.

En 2011, dans Ex Tela I – l’expo de groupe qui précéda l’ouverture de mes galeries – Christian Cantos présenta une toile appelée Fausse Couche. Installé dans un dispositif évoquant celui qui jadis, chez un collectionneur, dissimulait au regard l’Origine du Monde, le tableau suscita des réactions indignées, voire violentes, mais totalement injustifiées. Avec cette image, l’artiste n’avait fait que donner son sentiment sur la tournure que prenait l’Histoire (et qui s’est tristement confirmée depuis), sans chercher à provoquer, ni à se faire remarquer. Si tel avait été son dessein, il aurait eu plus facile d’aller exhiber son sexe devant le tableau de Courbet à Orsay. Fausse Couche est toujours à l’atelier. Elle sera à nouveau accrochée dans la prochaine expo, à la Galerie du Comble, en décembre, aux côtés de toiles plus récentes – quelques unes déjà vues dans J’apocalypse – et d’autres spécialement créées pour l’événement.

Cette prochaine expo solo de Christian Cantos à la Galerie du Comble s’intitule Illuminations enténébrées, parce qu’elle se déroulera au moment où les guirlandes de Noël seront allumées, dans les rues comme dans les intérieurs. Mais que peuvent encore ces anémiques loupiotes contre les noires nuées qui s’amoncellent sur l’avenir de l’Humanité ? N’y a-t-il pas déjà longtemps que le Père Noël de la consommation effrénée a étouffé le Petit Jésus sous ses monceaux de jouets en plastique ? Espérer a-t-il encore un sens ? Pour Cantos, la réponse est assurément affirmative. Sans quoi, il ne servirait à rien d’alerter, de conscientiser, d’éduquer. Certes, les images par lesquelles le peintre accomplit son sacerdoce ne sont pas du tout dans l’air du temps. Elles ignorent les sujets mièvres et ne recourent pas aux compositions lisses et au vocabulaire sirupeux de l’art consensuel. Reflets du monde réel, décalques de ses aspérités, elles dérangent, interpellent, invitent à la réflexion. Elles sont de celles que seuls quelques connaisseurs courageux font entrer dans leurs salons ou dans leurs bureaux. Ces collectionneurs sont rares, mais ils existent. C’est sans doute à eux que Constantin Chariot, directeur associé de la Patinoire royale (Bruxelles), s’est adressé dans une contribution publiée par la Libre Belgique le 10 septembre dernier. « Entrer en Art, écrit ce spécialiste, c’est [..] prendre le parti de la résistance au matérialisme, en protégeant la part divine de l’homme, cette capacité unique qu’il a de symboliser le monde pour lui donner un sens. » Cantos est entré en Art au moment où il est sorti de l’adolescence. Cela fait plus de trente ans qu’image après image, chanson après chanson, il s’évertue à donner un sens au monde qui l’entoure.

Alain Rézette, septembre 2019

Galerie du Comble
4, place Georges-Lorand 6760 Virton
galerieducomble@gmail.com
tel : + 32 [0]471 56 20 48