Quelque chose… Quelque part… – 26 au 29/02 – Vitrine 65, Paris

Quelque chose… Quelque part… – 26 au 29/02 – Vitrine 65, Paris

Exposition collective Quelque chose… Quelque part… sur une proposition curatoriale de Frédéric Galliano du 26 au 29 février 2020 à la Vitrine 65, Paris avec les artistes Philippe Chancel, Gilles Elie, Bruno Fontana, François Maurin, Félix Pinquier.

Vernissage mercredi 26 février à partir de 18 h

” Quelque chose… Quelque part…” Déterminer ce que l’on voit ou ce que l’on pense voir présenté ou représenté devant soit est parfois assez simple : un arbre, un immeuble, une bouteille, un bâton sont facilement identifiable et nommable.

Il n’en reste pas moins que ces attributs ne suffisent pourtant pas à en comprendre l’objet même ou la signification dès lors que ces choses passent dans le champ des arts plastiques.

De même que Donald Judd parlait d’objets spécifiques quant à ses productions, les artistes proposés pour cette exposition entretiennent avec l’objet ou le lieu, un rapport particulier. Ce rapport ne se situe pas précisément dans la recherche d’une présentation « objective » des ces choses mais plutôt dans ce que ces choses présentées dans ce contexte là peuvent nous dire « d’autre » que le sens premier auquel nous pourrions nous attacher.

Ainsi chez Felix Pinquier, la chose n’est pas vraiment une pièce mécanique puisque son apesanteur n’est pas en lien direct avec ce que l’on pourrait en penser. Chez Gilles Elie, un calendrier ou une « peinture de peinture » ne sont que des vecteurs de la question de quoi et comment peindre. Pour Bruno Fontana, le silo ou le bâtiment ne sont plus que des formes désincarnées, de surcroît sur un fond aussi neutre, dont le graphisme prends le dessus sur la fonction première. François Maurin quant à lui, amène le spectateur à voir une forme verticale dont la réalité concrète ou abstraite est perçue ou concevable comme un objet unique sans fonction et pourtant proche de l’objet sacré animiste. Philippe Chancel, à travers ses photos de « non-zones » propose plutôt des no man’s land dont on se demande si ils sont une réalité effectif ou une reconstitution de toute pièce d’un imaginaire singulier.

A travers cette exposition, c’est bien avant tout la question d’un entre-deux qui est posée face à nous sans que l’on sache vraiment si ce qui est à voir est vraiment le sujet à observer ou si toutes les recherches des artistes ne se situent pas dans le champ de quelque chose à voir…, quelque part…

Visuel de présentation : François Maurin, Sans titre (Tiers), 2019. Résine et peinture à l’huile sur bois, 76 x 8,5 x 2,5 cm – courtesy de l’artiste

Vitrine 65
65 rue notre dame de Nazareth, Paris 3e
Ouverte de 14h à 19h et sur rdv.
contact@multiples-un.com
06-72-70-13-34)