12/12▷20/01/19 – SYMBOLES ET DÉCORATIONS – GALERIE LA FERRONNERIE – PARIS

12/12▷20/01/19 – SYMBOLES ET DÉCORATIONS – GALERIE LA FERRONNERIE – PARIS

Avec les travaux de Michèle Cirès-Brigand, Frédéric Coché, Soo-Kyoung Lee, Soizic Stokvis, Jérôme Touron, Natasja Van Kampen

Vernissage le mercredi 12 décembre 2018

Exposition du 12 décembre 2018 au 20 janvier 2019

La galerie sera fermée du  24 décembre 2018 au 12 janvier 2019

 

L’exposition Symboles et décorations propose des œuvres offrant des interprétations multiples, où les codes couleurs, formes, matières appuient ou s’inscrivent en décalage avec leur apparence, tels les signes forts de Soizic Stokvis imprimés sur un lé transparent et diaphane, où la clinquante grappe de médailles d’or de Natasja van Kampen, inspirée des décorations de combattants français de la guerre de 14-18.       

Natasja Van Kampen  (née à Arnhem, Pays-Bas) est concernée en permanence par la précarité de l’équilibre entre le bien et le mal. Par le biais du dessin, elle explore depuis plusieurs années le caractère insaisissable, la démesure engendrée par le pouvoir. Elle crée régulièrement des dessins en trois dimensions, et installe le plus souvent une distance avec la gravité des thèmes choisis.  

Frédéric Coché (1972, Pont-à-Mousson) compose au fil de ses ouvrages une véritable histoire du regard, ancrée dans la tradition et résolument contemporaine. Volontairement indéfinis, lieux et temps renvoient à un passé à la fois imaginaire et réel, et, par là-même, à l’universalité de la condition humaine. 

Soizic Stokvis (1956, La Haye, Pays-Bas) compose des peintures murales en rapport avec l’architecture des lieux où elle expose, prolongeant aussi ses toiles par l’occupation des pans de murs avoisinants, en parallèle elle travaille sur de petits formats, comme des esquisses numérisées. 

Soo-Kyoung Lee (1969, Séoul-Corée du Sud), avec la peinture, le dessin, est engagée dans la voie de l’abstraction avec des œuvres caractérisées par des couleurs vives et franches, animées par des jeux d’aplats et d’entrelacs. Depuis peu elle travaille également le bois, en tondu  reprenant son vocabulaire plastique.

Michèle Cirès-Brigand (1952, Châteauroux) Son travail se construit à partir de d’éléments trouvés ou retrouvés, recollés :  Souvenirs, mots,  images, tissus, s’organisent en dessins, photographies, collages qui manifestent son attrait pour les histoires, les réminiscences, l’intime et le quotidien.

Jérôme Touron(1967, Chartres) utilise depuis ses débuts les qualités intrinsèques de matériaux basiques  pour créer des œuvres qui pourraient être, sans dogmatisme, des descendantes de l’art minimal, avec de surcroît des touches d’humour, de poésie, donnant au besoin un titre clef à ses œuvres élaborées par séries.

 

Galerie La Ferronnerie
40, rue de la Folie-Méricourt
75011 Paris

www.galerielaferronnerie.fr

 



0 Partages