Maxime Touratier – Petite étude sur les folies – 24/10 au 23/11 – Galerie ALB Paris

Maxime Touratier – Petite étude sur les folies – 24/10 au 23/11 – Galerie ALB Paris

Maxime Touratier, Bunker, 2019.
Carton tirage sur plaque d’acier, 105 x 150 cm

Petite étude sur les folies, exposition personnelle de Maxime Touratier, du 24 octobre au 23 novembre 2019, Galerie ALB Paris

Vernissage le jeudi 24 octobre à partir de 18h

Les séries photographiques de Maxime Touratier s’appréhendent comme des répertoires ; cartographique, architecturaux, esthétiques… au premier regard. L’interrogation survient quand l’image se structure, un détail induit, introduit. L’image se structure alors autour d’une dualité du poétique et du néant ; de l’imaginaire de la rêverie de cieux constellés paradoxalement lié à celle de l’efficacité de l’arme à feu. La confrontation à la fois douce et amère du regard face à la pensée évidente d’une culture qui génère ses propres esthétiques, dans un stéréotype, un standard populaire. Trouble et malaise se définissent face à la contemplation et à la réaction…

«L’iconicité de l’image et le rapport entre l’objet architectural, ou l’objet artistique, et le paysage sont les principaux terrains d’exploration de l’œuvre de Maxime Touratier. Par le moyen privilégié de la photographie, l’œil de l’artiste arrive à capter le réel et à restituer par le cadrage le statut iconique et la puissance de l’image. Coupler la photographie aux anciennes techniques de gravure permet à Maxime Touratier d’opérer un glissement de sens afin de montrer à l’observateur non seulement le réel, mais aussi lui révéler le sens caché, l’essentiel qui reste invisible à l’observation d’après nature.

L’approche critique de Maxime Touratier se trouve ainsi mise à l’exergue qui exemplifie les principes de sa démarche artistique autour de la thématique des monuments. Sans rentrer dans une recherche étymologique, l’artiste considère le monument comme un fait urbain, une trace laissée par la société d’une certaine époque pour accéder au rang de l’histoire. Que reste-t-il du monument après qu’il ait perdu sa charge symbolique ? Quand sa sémantique première est diluée dans le temps de l’histoire ? La démarche actuelle de Maxime Touratier se propose de creuser cette controverse propre aux monuments.”

ALESSANDRO PANZERI, Architecte et docteur en Architecture
Auteur de la thèse de doctorat Novum Monumentum,
Étude de la nouvelle monumentalité métropolitaine

Galerie ALB
Anouk Le Bourdiec

47 rue Chapon,
75003 PARIS

Mardi au samedi / 11h – 19h