Ludovic Sauvage – Vivid Angst and Colorful Doubts – 04 au 26/07 – Galerie Valeria Cetraro, Paris

Ludovic Sauvage – Vivid Angst and Colorful Doubts – 04 au 26/07 – Galerie Valeria Cetraro, Paris

Exposition personnelle Vivid Angst and Colorful Doubts de Ludovic Sauvage du 40 au 26 juillet 2020 à la Galerie Valeria Cetraro, Paris.

Vernissage samedi 4 juillet de 16h à 21h

On entre avec « Vivid Angst and Colorful Doubts » à la lisière d’un espace domestique, celui des salles de bains et des salons au confort standardisé, avec leurs étagères aux parois coulissantes, leurs plantes d’intérieur et leurs surfaces réfléchissantes… Un espace ici devenu ambigu, à la fois familier et étrange, peuplé d’effets de « déjà vu » et de dédoublements faisant vaciller l’expérience du temps présent. 

Insidieusement, le trouble s’installe par la disposition et les ensembles que forment les œuvres, fonctionnant par deux ou par quatre, entre semblances et dissemblances, fixées aux murs ou posées au sol selon des jeux de symétrie et de répétition. Il s’agit là de structures en médium hydrofuge et en Polystyrène extrudé évoquant du mobilier préfabriqué, à la surface desquelles des images sont imprimées sur des miroirs ou des carreaux de céramique. Ces dernières représentent notamment des gammes de luminaires (Foam), des mains exécutant des gestes du quotidien (Stream), mais également des plantes exotiques dont on retrouve un « exemplaire » réel dans l’espace de la galerie. Autant d’images issues d’une publication sur l’aménagement intérieur des années 1960 (L’Art ménager), recadrées, teintées en bleu ou en rose, pour certaines tirées en négatif, de manière à ce que leurs contenus archétypaux soient simultanément reconnaissables et indéterminés, telles des réminiscences incertaines et fulgurantes. Une légère atmosphère de film d’angoisse se fait sentir, comme si ces images étaient « imprimées sur une autre carte possible que le monde physique »1, située sur le seuil de deux espace-temps. S’en approcher serait alors comme rejouer la scène d’une comédie horrifique ayant inspiré Ludovic Sauvage (House de Steve Miner-1985), au cours de laquelle le personnage principal introduit sa main dans la pharmacie de sa salle de bain pour se retrouver dans les profondeurs de ses souvenirs. Ce qui affleure ici, c’est donc un « espace retourné » – comme le suggère l’usage de matériaux constituant les couches invisibles de nos pièces d’eau (MDF, Polystyrène,…) – ; une « carte psychique »2 assimilable à un « inconscient optique »3 appartenant à une mémoire individuelle aussi bien que collective.

Extrait du texte de Sarah Ihler-Meyer
Ludovic Sauvage_Vivid Angst and Colorful Doubts_Galerie Valeria Cetraro_Paris
Ludovic Sauvage, Lean B, 2019. Impression sur miroir, MDF hydrofuge. 50 x 30 x 18 cm. Unique
Ludovic Sauvage, Lean D, 2019. Impression sur miroir, MDF hydrofuge. 50 x 30 x 18 cm. Unique
photo : Centre d’art Les Bains-Douches, Alençon

Ludovic Sauvage travaille l’image projetée et à travers elle notre rapport à la représentation, à l’espace et au temps. Dans ses images et face à ses projections, nous sommes le plus souvent sur le seuil, à la limite d’un entre-deux spatio-temporel, là où quelque chose de poétique peut advenir, où les contours de la couleur et des volumes sont instables. Parfois, les images de Ludovic Sauvage ressemblent à des contenants d’espace, des lieux dont la profondeur devient presque palpable. Parfois, inversement, c’est l’espace réel, recréé dans ses installations qui devient le contenu, laissant le choix au regardeur d’expérimenter les images de l’intérieur.
Ludovic Sauvage est né en 1985 à Aix-en-Provence. Il vit et travaille à Paris.
Il est diplômé de la Villa Arson (Nice) et des Beaux-Arts de Valence. Outre de nombreuses expositions en France et à l’étranger, il est sélectionné en 2012 pour le Salon de Montrouge et est invité en résidence en 2014 par l’espace d’art contemporain HEC. En 2015, il présente ses premières expositions personnelles « Terrasse » à Glassbox (Paris), et « Le soleil se meut toujours » au Parc Floral de Paris. Parmi les expositions collectives, il a notamment participé en novembre 2015 à « Au-delà de l’image (II) » à la Galerie Valeria Cetraro (ex. Escougnou-Cetraro, Paris) et en 2016 à l’exposition « Paysages sublimés » au Centre d’art Albert Chanot (Clamart). En 2017, Ludovic Sauvage a été sélectionné pour participer à la 67e édition de Jeune Création, et a exposé en juillet 2017 à la Galerie Thaddeus Ropac (Paris-Pantin). Il réalise la même année une exposition personnelle à la Galerie Valeria Cetraro (ex. EscougnouCetraro, Paris). Trois expositions personnelles lui sont consacrées à Sessions (Marseille) en 2018, au centre d’art des Bains-Douches (Alençon) en 2019 et à la Villa du Parc (Annemasse) en 2020.

Ludovic Sauvage_Vivid Angst and Colorful Doubts_Galerie Valeria Cetraro_Paris
Ludovic Sauvage, Stream (Light), 2019. Impression sur miroir, MDF hydrofuge. 50 x 30 x 18 cm. Unique
photo : Centre d’art Les Bains-Douches, Alençon

Galerie Valeria Cetraro
16, rue Caffarelli, 75003 Paris 
info@galerievaleriacetraro.com
Ouvert du mardi au vendredi, 14h – 19h et sur rdv

La Galerie Valeria Cetraro représente des artistes dont la pratique se situe au croisement entre plusieurs médiums et disciplines. Les axes de recherche définis par la galerie guident les choix d’une programmation ayant comme objectif de fédérer autour de thématiques précises les différents acteurs de l’actualité artistique et du marché de l’art. Toujours dans cette même visée la galerie organise des conférences et réalise des publications explorant les problématiques culturelles, théoriques et linguistiques de notre époque. Les expositions individuelles et collectives sont fondées sur une recherche curatoriale et certaines se déploient sur plusieurs années. La galerie participe à des foires en France et à l’étranger, parmi lesquelles, Material Art Fair (Mexico City), Drawing Now (Paris) et Art Brussels (Bruxelles).
C’est en 2019 que la Galerie Valeria Cetraro prend le nom de sa fondatrice et s’installe dans de nouveaux locaux rue Cafarelli (Paris 3ème). La Galerie Valeria Cetraro est membre du CPGA (Comité Professionnel des Galeries d’art ) et de PGMAP (Paris Gallery Map).