COLLECTIF 1HEURE61

COLLECTIF 1HEURE61

Une curation féministe

Notre collectif se compose exclusivement de femmes. C’est un choix politique, né d’une constatation très simple : les femmes sont majoritaires dans les formations des professions culturelles, mais ne représentent même pas la moitié des postes occupés. Une observation similaire peut être faite dans le domaine artistique : les femmes représentent la majorité des diplômé·es des écoles d’art, mais sont énormément moins exposées. Il est primordial pour nous que nos expositions se composent d’au moins 50% d’artistes femmes.

Une démarche collaborative

Nous envisageons le commissariat d’exposition sur un modèle collaboratif au sein duquel les curateur·rices ne font pas figure d’autorité. Nous considérons que nos expositions se forment dans le dialogue qui s’établit entre les artistes et les commissaires, ainsi qu’entre les artistes exposé·es. C’est dans cette dernière optique que nous réalisons uniquement des expositions collectives. Nous cherchons à faire sortir les visiteur·euses de l’attitude passive souvent sous-entendue face aux œuvres d’art. Les expositions du collectif cherchent à creuser des aspects sensoriels, par-delà la vue, via la possibilité de sentir certains travaux par le toucher ou l’odorat. Nous aimons également collaborer avec des musicien·nes pour solliciter l’ouïe tout au long de la visite. L’exposition est pour nous une forme vivante : à chaque visite, à chaque échange, à chaque lecture, elle se mue un peu plus.

De l’art et des sciences !

Très souvent, l’art et la science ne se rencontrent pas dans les esprits. Chacun de ces domaines peut même sembler inaccessible aux non-spécialistes. Notre collectif souhaite mettre en avant les correspondances qui existent entre ces deux disciplines dans la création contemporaine, en ancrant ses réflexions dans une actualité concernant tout le monde, initié·es ou non de ces deux champs. Il nous importe énormément que nos expositions se forment autour de sujets qui ne soient pas l’exacerbation d’un entre-soi du monde de l’art, mais au contraire des moyens d’en sortir.