17/01 AU 02/03 – THÉO MASSOULIER – KAIROS – GALERIE KASHAGAN LYON

17/01 AU 02/03 – THÉO MASSOULIER – KAIROS – GALERIE KASHAGAN LYON

Exposition personnelle Kairos de Théo Massoulier du 17 janvier au 02 mars à la Galerie Kashagan, Lyon.

 

Vernssage le jeudi 17 janvier 2019 de 18h30 à 22h en présence de l’artiste.

 

L’exposition s’empare de l’idée du cycle, du déchet et de la métamorphose.
Elle propose un corpus de petites sculptures et de dispositifs visant à mettre en forme ces temporalités en mouvement. Elle ambitionne de donner à voir un échantillon fantasmé du Kairos contemporain.

 

Les Grecs de l’antiquité définissait subtilement le Temps autour de trois concepts: Chronos, Aiön et Kairos. 
Chronos, était souvent représenté sous les traits d’un vieillard. Il donnait à voir le temps de la vie d’un homme, celui de sa finitude.
L’Aiôn est un temps fondamentalement extra-corporel. Souvent représenté par un cercle et associé aux forces telluriques (les saisons). Il renvoyait au devenir, à la trajectoire inépuisable et indiscernable des formes du monde, à l’immanence cyclique du Kosmos, à son éternité. 
Le Kairos, souvent représenté par un petit dieu ailé, chevelu, porteur d’une balance. C’est le temps du choix instantané, du basculement décisif, celui qui marque l’avant et l’après. Celui qui forge les destins.
L’exposition s’empare de l’idée du cycle, du déchet et de la métamorphose. Elle propose un corpus de petites sculptures et de dispositifs visant à mettre en forme ces temporalités en mouvement. Elle ambitionne de donner à voir un échantillon fantasmé du Kairos contemporain. 
Ce bref moment où Chronos est englouti par l’Aiôn.

 

Théo Massoulier
Né en 1983 à Pertuis, vit et travaille à Lyon. Diplômé de l’ENSBA, Lyon en 2016
Théo Massoulier utilise principalement la sculpture et la vidéo pour produire des formes hybrides et dynamiques qui se nourrissent aussi bien de l’imaginaire de la cosmologie que des sciences de l’évolution. Il crée ainsi un corpus de formes qui combinent le minéral, le végétal, l’humain… inspirées par les questions relatives à l’Anthropocène et par la notion d’entropie. Il compose également des dispositifs visuels, notamment par des vidéo-projections sur divers supports, qui aspirent à nous « reconnecter avec le continuum cosmique » – l’émergence de la matière dans le champ microcosmique jusqu’à son déploiement et sa mise en complexité dans l’arborescence macrocosmique. 

 

Galerie Kashagan
12, rue des Capucins, 69001 Lyon.
Entrée libre du mardi au samedi de 15h à 19h30 et tous les jours sur rendez-vous.
www.kashagan.store



6 Partages