Quelque chose noir – 05/11 au 17/01 – Galerie Gradiva, Paris

Quelque chose noir – 05/11 au 17/01 – Galerie Gradiva, Paris

Exposition collective Quelque chose noir à la Galerie Gradiva – Section Art Contemporain, Paris sous le commissariat de Fanny Lambert du 5 novembre 2019 au 17 janvier 2020.

Vernissage le mardi 5 novembre 2019 de 17h à 21h

Avec les œuvres des artistes Bellmer Hans, Blanchard Benoit, Bonardet Mathieu, Bregeon Gladys, Broyer Anne-Lise, Charbonnel Charlotte, Chichin Clara, Chochoy Alice, Da Cunha Amaury Daubanes Nicolas, Denis Raphaël, Deux Fred, Duvocelle Julien Adolphe, Feuillas Sarah, Finel Anne-Charlotte, Geoffray Agnès, Hugo Victor, Lathuilliere Marc, Liebaert Pierre, Llense Jonathan, Lopez Charles, Manon Christophe, Pallet Aurore, Rigaux Bertrand, Rouard Héloïse, Souilhol Doriane, Sommer Marie, Touratier Maxime, Solinas Stéphanie, Yllanes Mario Alejandro

Une exposition dans le cadre de Photo Saint Germain

Pierres, bile, nuit, humeurs, encre, voix, deuil, gouffres, mythes, … sont autant de motifs contenus dans la proposition “Quelque chose noir”. De la couleur à la ressouvenance du texte de Jacques Roubaud, le noir en “Rien”° comme empli de tout serait l’une des pistes pour aborder cette exposition qui, en juxtaposant œuvres contemporaines et anciennes, se voudrait l’occasion d’une errance à travers le noir et ses profondeurs.
Une vingtaine d’artistes sont invités ici à s’immiscer parmi les œuvres de Victor Hugo, Hans Bellmer ou Fred Deux pour ne citer qu’eux.
Éclairer les lueurs de l’obscur par l’image, fixe ou mouvante, mais aussi via le texte, qu’il soit lu ou écrit, le son, la peinture ou encore le dessin. La couleur, circonscrite à ses présupposées de non ou d’anti-couleur, porteuse d’autant d’images que d’évocations à une vision scotopique se révèle grâce à l’infime. Car si l’absence de perception n’est pas le noir, l’idée d’une adaptation progressive apparaît. Une vie s’ébat derrière les visibles.
Pièces sonores, volumes, films et tirages accompagnent ce chemin vers les bas-fonds d’un champ chromatique peu discernable où se déplacent des folies tapies.
Un cycle de lectures viendra prolonger cette ambulation dans le dissimulé et ses nuances.

° « Rien » est l’ultime poème du recueil de Jaques Roubaud Quelque chose noir.

Galerie Gradiva – Section Art Contemporain
9, quai Voltaire, 75007 Paris