15/02 AU 27/04 – OCCUPATIONS – GALERIE SALLE PRINCIPALE PARIS

15/02 AU 27/04 – OCCUPATIONS – GALERIE SALLE PRINCIPALE PARIS

Exposition collective Occupations du 15 février au 27 avril 2019  à la galerie salle principale, Paris.

 

Avec les oeuvres des artistes Claude Closky, Dominique Mathieu, Marianne Mispelaëre, Hans-Walter Müller, Gianni Pettena, Matthieu Saladin, les gens d’Uterpan, Lois Weinberger.

 

Vernissage jeudi 14 février de 18h à 21h

 

“Un acte spatial surmonte (momentanément) les conflits, même s’il ne les résout pas ; il permet le passage du souci quotidien à la joie collective.” Henri Lefebvre, La production de l’espace, 1974


“Il y aurait à écrire toute une histoire des espaces qui serait en même temps une histoire 
des pouvoirs – depuis les grandes stratégies de la géopolitique jusqu’aux petites tactiques de l’habitat […] Il est surprenant de voir combien le problème des espaces a mis longtemps à apparaître comme problème historico-politique.” Michel Foucault, L’œil du pouvoir, 1977

 

Par-delà la diversité des démarches et sujets des œuvres des huit artistes réunis à la galerie Salle Principale, elles partagent toutes un même champ d’investigation – celui des enjeux politiques de la contrainte spatiale. Chacune à sa manière, elles s’octroient, négocient, infiltrent, occupent, libèrent ou commentent, à travers ses ramifications publiques et privées, un espace urbain, architectural, mémoriel, publicitaire, technologique ou scientifique. Ce faisant, elles ne se contentent pas d’apostropher hors-sol la délimitation du champ artistique par opposition à celui de la vie réelle ; elles rentrent en résonance avec des préoccupations plus larges – et c’est sans doute à cet endroit-là où l’exposition Occupations n’œuvre pas dans un espace abstrait et intemporel, mais plutôt dans un contexte précis, actuel, sans doute nourri par un regain d’intérêt pour les implications spatiales de la pratique politique collective ou personnelle. On imagine ce projet imprégné par des phénomènes récents comme la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, Nuit Debout ou encore le mouvement des Gilets jaunes, en ce moment sur nos boulevards, ronds-points et autres écrans, sans oublier des prises d’espace au long cours, dont le mouvement zapatiste au Chiapas (Mexique).

     Pour paraphraser les ouvrages La production de l’espace et Le droit à la ville du sociologue et philosophe Henri Lefebvre qui nous semblent particulièrement pertinents en arrière-plan de cette exposition, l’espace est un enjeu politique dans le sens où il est le support, l’instrument et un objet de luttes et de conflits, d’appropriations et de pratiques contradictoires, voire antagonistes. Le mode de production capitaliste produisant un espace qui lui est propre, une stratégie révolutionnaire devrait imaginer un autre mode de production de l’espace, passant par une réappropriation collective de la ville et une libération de la vie quotidienne.  Emile Ouroumov – février 2019 

 

salle principale | la galerie
28, rue de Thionville 75019 Paris



0 Partages