Léonard Bourgois Beaulieu – se nommer soi-même – 12/03 au 19/04 – Galerie Laure Roynette, Paris

Léonard Bourgois Beaulieu – se nommer soi-même – 12/03 au 19/04 – Galerie Laure Roynette, Paris

Exposition personnelle se nommer soi-même de Léonard Bourgois Beaulieu à la Galerie Laure Roynette, Paris.

Vernissage jeudi 12 mars de 18h à 21h

“Quand on se renomme, c’est un tel geste de prise de contrôle sur son identité que la personne que je prends en photo m’est indissociable de son prénom. Leur prénom m’apparaît comme un champ des possibles tout en étant le témoin d’un temps révolutionnaire du non, du non à la norme, et au nom qu’on se donne pour reprendre le contrôle sur soi-même, se réapproprier son identité.”

Léonard Bourgois Beaulieu
Léonard Bourgois Beaulieu_exposition se nommer soi-même_Galerie Laure Roynette_Paris
Léonard Bourgois Beaulieu, Sans titre 13, 2019
formats (34x40cm 1/3 + 2ea, 65x80cm 1/3 + 2ea, 85x100cm 1/3 + 2ea) technique mixte d’après négatif de polaroid développé par l’artiste.

C’est votre deuxième exposition personnelle à la Galerie Laure Roynette, pourriez vous nous présenter en quelques mots cette nouvelle exposition ?
Je présente une nouvelle série de portraits. Ce sont des visages, ce sont des corps. Mais avant tout ce sont des êtres humains qui font le choix de ne pas faire corps avec le monde hétéronormé, de le transcender.
J’ai utilisé des procédés argentiques autorisant des aléas techniques et chimiques pour ne pas les figer dans le temps et pour laisser l’imprévu participer à l’image. Ce développement personnel des polaroïds me permet de jouer sur la représentation du corps, tantôt clair, tantôt flou.
Pour ne pas les enfermer dans une vision trop personnelle je les laisse s’inventer et se révéler pendant nos échanges. Je me pose depuis longtemps la question de la représentation des personnes que l’on objectifie et désigne comme irréelles. C’est l’idée que la norme se fait de l’autre qui ne lui ressemble pas. Je tente de montrer au contraire que le champ des possibles offre à qui peut le saisir, une existence bien concrète qui n’attend pas l’acceptation.

Pourquoi la question de l’identité est une thématique récurrente dans votre travail ?
Je me suis toujours posé des questions sur ce qui fait que l’on semble femme ou homme. Ma mère m’a élevé sans me confiner dans un choix ce qui m’a naturellement permis de remettre en question ma propre identité qui a été plus ou moins floue jusqu’à mon adolescence. Cette force que l’on a quand personne ne sait vraiment notre genre m’a toujours fasciné. Vous n’entrez plus dans les cases. Les personnes que je prends en photo rejettent cette hétéronormativité. Il me semble vital d’apprendre à laisser l’espace de vivre aux personnes qui ne se reconnaissent pas dans une société binaire. J’ai toujours décidé de les montrer de façon humaniste, sans stigmate, sans raccourcis.  

Extrait de l’entretien

Léonard Bourgois Beaulieu_exposition se nommer soi-même_Galerie Laure Roynette_Paris
Léonard Bourgois Beaulieu, Sans titre 7, 2019
formats (34x40cm 1/3 + 2ea, 65x80cm 1/3 + 2ea, 85x100cm 1/3 + 2ea) technique mixte d’après négatif de polaroid développé par l’artiste.

GALERIE LAURE ROYNETTE
20 rue de Thorigny 75003 Paris, France
01 42 71 06 35
lr@laureroynette.com