02/02 AU 22/02 – DÉCADE – GALERIE JOSEPH TURENNE PARIS

02/02 AU 22/02 – DÉCADE – GALERIE JOSEPH TURENNE PARIS

Exposition collective Décade du 3 au 22 février à la Galerie Joseph Turenne, Paris.

Vernissage le samedi 2 février 2019 à partir de 18h

L’exposition Décade réunit les oeuvres de Clara Pagnussatt et Guido Romero Pierini présentent l’exposition “Décade” consacrée à la récente décennie d’artistes diplômés des Beaux-Arts de Paris avec Julien des Monstiers, Mireille Blanc, Ken Sortais, Thomas Dunoyer de Segonzac, Côme Clérino, Marie Dupuis, Iroise Doublet, Julia Haumont, Justin Weiler.

L’École des Beaux-Arts de Paris,
Dix ans de création,
Neuf artistes,
L’hypothèse d’une scène artistique ?

L’idée de rassembler une génération d’artistes autour de leur appartenance commune à une école prend ses racines dans de multiples expériences passées. On songe aux expositions décennales de 1889 et de 1900 qui établissaient un état des lieux rétrospectif de la création contemporaine. Mais on songe aussi à toutes les expériences qui ont jalonné le XXe siècle dont l’énergie prospective, manifeste et déclarative fut l’occasion pour la singularité d’une scène d’émerger au grand jour. Les unes comme les autres furent le théâtre d’un regard porté sur la scène actuelle : celle qui avait émergé et celle que l’on voulait voir émerger. Dans cette tension entre prospection et rétrospection, la réalité proposée par ces expositions manifestes et décennales fut souvent d’offrir un point d’observation sur un avenir fait de passés et de présents en construction.

Mais aujourd’hui de telles initiatives pourraient-elles faire sens ?

À une époque où la multiplicité des regards, la dispersion des trajectoires et l’expansion des pratiques offrent aux observateurs le sentiment que la création contemporaine est constituée d’une infinité de singularités que rien ne rassemble sans donner l’impression d’un acte gratuit voire limitatif, réunir neuf artistes issus d’une même école sur une dizaine d’années relève du coup de dés. Un coup de dés comme l’esquisse d’une utopie. Non un hasard franc, mais à l’image d’une scène vaste et vive où les artistes se reconnaissent et se croisent. L’utopie d’embrasser plus vaste que ce à quoi le regard parvient. La réalité du désir et de la curiosité que suscite de plus en plus l’action artistique en vigueur à Paris pousse à entrer dans le jeu. Et pour voir il faut s’engager.

En rassemblant dix années de promotion de l’ENSBA de Paris, par la seule communauté de ce point de formation, Décade présente la manière dont neuf trajectoires peuvent aujourd’hui se croiser et faire maillage. Elle n’entend pas faire scène mais observer ce qui fait scène.

Ainsi l’enjeu ne saurait se limiter à tracer les lignes de force entre les connivences pour délimiter un champ. La question que pose cette exposition n’est pas posée de surplomb, au contraire elle est un pari, un plongeon. Car il convient de prendre part au maillage si l’on veut être capable de reconnaître ce qui fait scène en lui. Qu’est-ce qui peut aujourd’hui faire convergence ? Où trouver le point de départ d’une telle interrogation, notre hypothèse est de le situer à l’École des Beaux-Arts de Paris.

Pour cette occasion a été demandé aux trois critiques et commissaires d’exposition, Joël Riff, Marianne Derrien et Henri Guette, ce que pour eux peut signifier « faire scène parisienne ». Leur réponse est consignée dans les trois entretiens à lire ICI

Propos recueillis par Benoit Blanchard

 

Galerie Joseph Turenne Paris 
116 rue de Turenne, 75003 Paris
Du mardi au dimanche de 11h à 19h



58 Partages