28/09▷17/11 – CHLOÉ MALCOTTI – LE VENT S’EST ASSOUPI AUX CÔTÉS DES OMBRES SUSPENDUES – CANTINE DE L’ART CONTEMPORAIN DE L’ÉCOLE D’ART DE BELFORT

28/09▷17/11 – CHLOÉ MALCOTTI – LE VENT S’EST ASSOUPI AUX CÔTÉS DES OMBRES SUSPENDUES – CANTINE DE L’ART CONTEMPORAIN DE L’ÉCOLE D’ART DE BELFORT

Exposition personnelle Le vent s’est assoupi aux côtés des ombres suspenduesde Chloé Malcotti du 28 septembre au 17 novembre à la Cantine de l’art Contemporain de l’École d’art de Belfort.

Vernissage le jeudi 27 septembre à 18h

Le vent s’est assoupi aux côtés des ombres suspenduesde Chloé Malcotti est une exposition hors les murs du 19, Centre régional d’art contemporain de Montbéliard.

Les derniers travaux (films, photographies et installations) de Chloé Malcotti explorent l’impact des grandes industries du XXe siècle sur leur territoire d’implantation, sur le mode de vie des ouvriers et des habitants, sur l’écologie et la topographie de l’environnement. À l’École d’art de Belfort, elle mettra en espace ses deux derniers projets, qui ne sont pas sans résonner avec l’histoire industrielle de l’Aire urbaine.

En 2014, le film H-H interroge le processus de cristallisation de la mémoire au moment où se pose le choix d’une démolition ou d’une réhabilitation de la Rhodiacéta de Besançon. Ce site était devenu emblématique de la culture et de l’éducation populaires grâce aux expériences cinématographiques du groupe Medvedkine formé à la suite d’une invitation du CCPPO (centre culturel populaire) à Chris Marker pendant les grèves de 1967. Si le film de Chloé Malcotti s’attache tout particulièrement aux gestes de manipulation des archives, l’artiste mettra également ces dernières et leurs reproductions à la disposition du visiteur dans une mise en espace spécifiquement repensée pour l’exposition.

Son projet en cours, Lande foudroyée, est consacré à l’emprise de la production de bicarbonate de soude par la société Solvay sur le site de Rosignano en Italie, une mono-industrie qui, depuis 1913, a modelé tant le littoral que que les structures de la ville elle-même (administrations, socio-éducatives et médicales, etc.). Avec ce projet, Chloé Malcotti s’éloigne quelque peu de l’esthétique et de la méthodologie documentaires à l’origine de H-H au profit d’une approche plus expérimentale et matériologique : travail sur le grain de l’image grâce à des expérimentations avec d’anciennes émulsions filmiques, couleur blanche du bicarbonate comme fil conducteur de la narration, points de vue personnels entremêlés d’archives, parole donnée à de jeunes habitants… L’artiste se joue également de l’image d’un site caribéen, forgée par l’entreprise et entretenue par les publicités tournées sur place, pour réintroduire de la fiction sur un territoire laissé vacant, voire stérile, par une industrie qui se retire peu à peu de la ville après s’en être appropriée l’histoire pendant plusieurs décennies.

Anne Giffon-Selle
Directrice / Director, Le 19, Crac

Visuel de présentation : Chloé Malcotti, Landre foudroyée (extrait), 2018, vidéo.

ÉCOLE D’ART DE BELFORT G. JACOT
2 avenue de l’espérance, 90000 Belfort
Mar. – ven. : 10h-18h, sam. : 10h-12h, 14h-17h
Entrée libre. Fermé pendant les vacances scolaires.

 

Chloé Malcotti_Le vent s'est assoupi aux côtés des ombres suspendues_Cantine de l’art Contemporain_École d’art de Belfort
Chloé Malcotti, H-H (extrait), 2017, vidéo.


0 Partages