17/03▷28/04 – GENEVIEVE GAIGNARD – HIDDEN FENCES – PRAZ-DELAVALLADE PARIS

17/03▷28/04 – GENEVIEVE GAIGNARD – HIDDEN FENCES – PRAZ-DELAVALLADE PARIS

Exposition personnelle Hidden Fences de Genevieve Gaignard du 17 mars au 28 avril à Praz-Delavallade Paris.

Vernissage samedi 17 mars de 17 à 20h.

Praz-Delavallade Paris présente la première exposition en France de Genevieve Gaignard.

Élevée dans une petite ville industrielle du Massachusetts Genevieve Gaignard a grandi entre deux cultures : celle de sa mère, blanche et de son père, noir. Elle s’est appropriée la photographie et le collage lors de ses études au Massachusetts College of Art and Design commençant à questionner les notions d’identité et de race à travers la création, l’interprétation et la mise en scène de personnages. A la suite de sa remise de diplôme en 2007, elle intègre la prestigieuse Université de Yale où elle continue d’explorer,  pendant  les deux ans de son Master ces problématiques d’identité non seulement par le biais de sa pratique photographique entre autoportrait et fiction, mais aussi via la vidéo, la sculpture et l’installation.

Inspirée par le blues de Billy Stewart ( chanteur et pianiste originaire de Caroline du Nord célébré dans les années 1960), l’univers kitsch de John Waters, ainsi que la culture « drag » du travestissement, Gaignard alimente ses récits visuels de références résolument populaires. L’humour dont elle fait preuve dans la mise en avant d’elle-même lui permet de rapprocher l’expérience de sa réalité bi-raciale à celle d’une dislocation. Alors qu’elle a fait de son propre corps l’objet de son exploration, elle invite les spectateurs à se frayer un chemin au carrefour de ses identités multiples dont les forces comme les névroses s’en retrouvent exposées

Gaignard puise dans la culture des réseaux sociaux divers archétypes féminins qu’elle met en scène dans ses autoportraits photographiques. Son oeuvre se décline aussi sous la forme d’installations théâtrales : des environnements bondés d’objets ou d’artéfacts dépeignant un témoignage intime lié à la race et au genre.
« l’art est un vecteur puissant au changement social » souligne t’elle, bien qu’elle préférerait que nous n’ayons pas besoin de  recourir à ces artifices pour prendre conscience que « la vie des Noirs est tout aussi précieuse que d’autre. Sa manière à elle de déplorer cette réalité dans laquelle nous vivons au quotidien.
« J’espère créer un langage visuel à la fois accessible mais aussi intransigeant afin d’articuler l’importance de l’identité noire précise-t’elle. Ma peau claire s’accompagne d’un certain privilège, dans lequel je m’engage à ne jamais me complaire ».

Genevieve Gaignard est diplômée d’un BFA du Massachusetts College of Art and Design et d’un MFA de Yale University en photographie. Elle a exposé dans plusieurs institutions aux États-Unis, notamment au Studio Museum à Harlem, au Houston Center for Photography, au California African American Museum, The Flag Art Foundation New York, Aljira Center for Contemporary Art Newark NJ, Elle a participé en 2017 à l’exposition triennale « Prospect. 4 : The Lotus in Spite of the Swamp » à la Nouvelle Orléans. Son travail est inclus dans des collections majeures aux États-Unis et à l’étranger.

Visuel de présentation : Image : Genevieve Gaignard, Hidden Fences (détail), 2017, chromogenic print, 81,28 x 119,28 cm – 32 x 47 inches. Courtesy of the artist & Praz-Delavallade, Paris/Los Angeles.

Praz-Delavallade Paris
5 rue des Haudriettes F-75003



0 Partages