13▷16/09 – L’ENVERS D’UNE AUTRE – VILLA BELLEVILLE PARIS

13▷16/09 – L’ENVERS D’UNE AUTRE – VILLA BELLEVILLE PARIS

Exposition collective avec Sabrina Belouaar, Mehdi Besnainou, Octave Courtin, Jeanne Huet, Juliette George, Rodrigue de Ferluc & Catherine Grandidier, Paul Gounon, Kealan Lambert, Thibaut Langenais, Pauline Lavogez, Paloma Moin, Célia Nkala, Passion Passion (Alice Martins), Romain Sarrot, Raphaël Tiberghien, Ségolène Thuillart, Thomas Vergne, Natalia Villanueva Linares

Vernissage 13 septembre – 18h

Curateur·trice·s : Ida Simon et Thomas Sandmeier

Scénographie et graphisme : Clément Renaudin
Images : © Julie Luzoir et © Charlotte Audoynaud et Ludivine Zambon

 

Deuxième volet de la série d’expositions initiée en 2017 avec Quand les attitudes deviennent informe, L’envers d’une autre continue d’interroger les processus de création et de réécriture.

Le titre de l’exposition est librement inspiré d’un concept que Roland Barthes développe dans son Cours sur le Neutre*. L’envers n’est pas le contraire : tous les envers d’une médaille sont maintenus en coprésence comme une infinité de facettes. « La dialectique de l’envers » implique une logique non-binaire et non-linéaire. Le troisième terme de la proposition n’apporte pas un nouveau sens qui viendrait se substituer aux précédents, mais un supplément de sens, un « sursaut » ou un « débordement » qui échappe à un schéma invariable. Il revient alors à chacun de produire des fictions opératoires qui donnent un sens contingent, non nécessaire, à ces coprésences.

Dix-sept artistes ont reçu carte blanche pour créer des oeuvres à partir des souvenirs de l’exposition précédente, récoltés en ligne auprès de ses visiteur·euse·s, et du résultat de la performance d’écriture automatique réalisée cette nuit là (Paloma Moin, Confessions Under Request #1, 2017). Ces textes sont dispersés sur les murs de la Villa Belleville pour être manipulés, déplacés et complétés en fonction des associations d’idées des participant·e·s. Ainsi, chaque nouvelle oeuvre est une des interprétations possibles des pièces et des textes antérieurs. De la même manière et à plus grande échelle, L’envers d’une autre est une des interprétations possibles de l’exposition de 2017.

L’envers d’une autre évoque la survivance d’une autre exposition et celle d’une autre oeuvre, absentes et présentes à la fois. Elle raconte l’histoire de relations fantasmées, d’un passé conservé et transformé par l’imagination. Ecartant l’hypothèse d’une naissance ex-nihilo, elle souligne le rôle des souvenirs, même les plus enfouis, dans le processus de création. La mémoire, avec ses oublis, ses fulgurances et ses longues rêveries, devient force d’invention, source d’un mouvement vers un avenir qui coexiste avec son présent et son passé.

Texte : Ida Simon

* Roland Barthes, Le Neutre, Cours au Collège de France (1977/1978), Paris, Seuil/IMEC, 2002. 2 Roland Barthes, OEuvres Complètes, 1966-1975, tome II, p. 456.

 

Villa Belleville
23 rue ramponneau, 75020 paris

www.villabelleville.org



70 Partages