01▷11/11 – ENTOURAGES – SHAKIRAIL PARIS

01▷11/11 – ENTOURAGES – SHAKIRAIL PARIS

Exposition collective Entourages sous le commissariat de Laurent Quénéhen du 1er au 11 novembre au Shakirail, Paris.

Avec les artistes Ana Apostolska, Clémentine Corbeil-Obst, Isabelle Millet, Dominique Weill

Vernissage le mercredi 31 octobre 18h – 21h / Sangria

Une exposition sur nos entourages, nos voisinages involontaires, on ne choisit pas sa famille ni ses voisins. Ce qui nous entoure nous encercle, la frontière est franchissable dans un sens comme dans l’autre, c’est un open way. Ces artistes détourent leurs entourages, voisinent leurs voisinages et regardent alentour ceux qui vivent comme nous et autrement.

Ana Apostolska photographie le temps du quotidien qui lui rappelle peut-être le temps d’antan, celui qui préparait au temps présent. Elle photographie l’éphémère : des fleurs, des rayons de soleil et, en chercheur, elle compare ses éphémères aux éphémères du jour suivant et inscrit ainsi la trace d’un temps cyclique.
Clémentine Corbeil-Obst photographie et filme les moments ordinaires qui sortent de l’ordinaire, c’est une poésie de tous les jours, du temps qui passe et qui ne reviendra pas. Une manière de mettre les petites choses et les petites gens dans leurs parcelles de vies sublimes sur le même plan que Picasso ou James Dean. Mais c’est bien chez les stars de la vie de tous les jours que Picasso et James Dean sont allés chercher leur inspiration, dans le grand huit de leurs modestes destinées.
Isabelle Millet trouve un jour dans la rue près de chez elle des diapositives d’une famille inconnue. Des bouts de vie jetées sur le sol qu’elle récupère, fait tirer en ajoutant un filtre personnel. Des souvenirs de famille, d’amis, d’enfants et d’animaux photographiés qui pourraient êtres les nôtres, qui sont les nôtres dans la grande famille de l’humanité. Il y a plus de points communs entres les hommes que de différences.
Dominique Weill détoure inlassablement des tours qui s’agglutinent les unes aux autres, se poussent et se soutiennent. Elles sont tendues vers le ciel et semblent nous contempler, nous questionner. Ces tours sont personnifiées et fantomatiques, comme des apparitions, elles surgissent de terre et nous font signes, ce sont les tours du passé, des ensevelis qui ressurgissent dans la mémoire, des tours sans rien autour qui se tiennent par les bras.

Shakirail
72 rue Riquet, 75018, Paris
Horaires d’ouvertures: 1er, 3, 8, 10 novembre : 16h – 18h / 4, 11 novembre : 15h-17h



43 Partages